SYNDICAT SUD SANTE SOCIAUX 35

MOBILISATION NATIONALE PSYCHIATRIE : APRES LE 22 JANVIER, ON CONTINUE !!!

lundi 4 février 2019 par Sud Santé Sociaux 35

TENSION DANS LES HOPITAUX PSYCHATRIQUES

Les syndicats SUD CGT CFDT appellent à la grève le mardi 22 janvier

Depuis des années les gouvernements successifs ne cessent de porter des coups à la santé publique et on ne peut que constater la détérioration des conditions d’accès aux soins dans les établissements publics.

Depuis des années le point d’indice des fonctionnaires gelé et la prime pour travail du dimanche (moins de 50 euros brut) sont une insulte faite aux agents. La prime de nuit (1,07 brut de l’heure) ne vient en rien compenser les contraintes du travail de nuit. Les salaires des soignants en France sont parmi les plus bas de l’Europe. Cette
situation transforme une partie des agents qui sont censés prendre soin de la population en personnes en situation de fragilité.

Dans les établissements psychiatriques, les moyens toujours revus à la baisse nous amènent à travailler et à accueillir les patients dans des conditions inacceptables et indignes. Tous les hôpitaux psychiatriques français sont frappés, au bord du gouffre, faute de moyens, d’effectifs médicaux et non médicaux, de lits d’hospitalisation et de structures alternatives. Les collègues qui ne peuvent pas soigner dignement sont épuisé-ée-s et en souffrance éthique.

Le CHGR n’échappe pas à ce constat. De novembre 2017 à janvier 2018, les salariés du CHGR, avaient mené une action de grève pour dénoncer la dégradation des conditions de soins et d’accueil des patients. Depuis, la situation n’a pas changé. Les fermetures de lits continuent, ce qui a pour conséquences d’accroître les délais d’attente pour être soigné (déjà très longs, notamment pour les enfants) mais aussi de générer des lits surnuméraires dans les autres unités sans que les moyens humains ne soient mis en adéquation.

Le pool de remplacement est honteusement sous-évalué et ne permet pas de remplacer les absences, engendrant inévitablement des sous-effectifs, ce qui empêche de dispenser des soins de qualité et créant des situations de mise en danger des patients et des soignants. Ce pool a été augmenté de 8 équivalents temps plein durant les mois de novembre et décembre, pour répondre à un absentéisme augmenté en période hivernale, mais a été rediminué début janvier, sans que les situations d’absentéisme ne soient réévaluées.

De plus, parmi les près de 500 contractuels qui travaillent au CHGR, 128 d’entre eux occupent des postes permanents, c’est-à-dire ayant vocation à être tenus par des agents sous le statut de la fonction publique hospitalière : ce qui signifie que 128 de nos collègues doivent être mis en stage pour répondre à la réglementation.

  • Nous demandons l’arrêt des fermetures de lits
  • Nous demandons donc la pérennisation du pool d’établissement avec les 8 ETP supplémentaires
  • Nous revendiquons la mise en stage de 128 contractuels tout de suite

C’est pourquoi les syndicats SUD, CGT et CFDT ont appelé l’ensemble des agents à la grève mardi 22 janvier et au-delà.

La grève du 22 janvier a rassemblé plus de 100 cent personnes, notamment lors de l’assemblée générale qui s’est déroulée à 14h15. Les agents présents partagent le constat et les revendications syndicales.

La grève a été reconduite le mardi 29 janvier, et a mobilisé à nouveau près de 100 personnes !

PROCHAINE ETAPE :

une heure d’information syndicale a lieu le jeudi 7 février à 14h15 avec la CGT , à la salle intersyndicale de l’USN 100.


Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 610632

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Fonction Publique Hospitalière  Suivre la vie du site Sud CHGR Rennes   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + Sud Santé Sociaux 35 est hébergé par DRIDRI